Les greffes de cheveux

La greffe de cheveux a débuté avec des techniques que l’on pourrait aujourd’hui qualifier de barbares. En effet, ces techniques de greffes de cheveux soit de réduction de tonsure, de lambeaux ou de ballons expandeurs étaient assez traumatisantes et très grossières dans leurs résultats avec de surcroit de vilaines cicatrices résiduelles visibles.

La technique de greffes de cheveux du FUE qui consiste à prélever les cheveux à l’aide d’un petit foret est en fait une ancienne technique de prélèvement remise au goût du jour, seule la taille réduite des forets a évolué. Les anciens prélèvements donnaient des carottages avec de gros greffons cylindriques de plusieurs cheveux (voire 20). Ces greffons étaient ensuite réimplantés et aboutissaient donc à cet aspect tant redouté maintenant de brosse à dents ou rangées de poireaux. Nous sommes loin de la microgreffe capillaire.

Il y a vingt ans environ a commencé l’ère de la micro greffe de cheveux. Les praticiens commençaient à placer ce qu’ils appelaient des mini greffes (de 3 à 5 cheveux ou plus) et des micro greffes de 1 à 3 cheveux avec un prélèvement par une bandelette de peau dans la région postérieure de la tête. On commence alors à pouvoir parler de microimplantation capillaire.

Ce qui est désolant, c’est de constater que certains encore aujourd’hui continuent ainsi la greffes de cheveux. Il est étonnant de voir qu’ils n’ont jamais observé la nature et que la nature ne fait pas pousser les cheveux par groupes de 2 à 10 cheveux.

Chaque bulbe donne naissance à un seul cheveu et c’est donc ainsi que les cheveux doivent être implantés.

Notre équipe pratique la microgreffe de cheveux depuis plus de 20 ans sur Marseille, soit au centre médical soit à la Clinique Phénicia, spécialisée en médecine et chirurgie esthétique, soit plus récemment au centre Crinéo disposant du Robot Artas.

Enregistrer

Enregistrer