Législation et sécurité des pratiques esthétiques

La loi « hôpital, patients, santé et territoires » du 21 juillet 2009, dite loi HPST, a introduit dans le code de la santé publique (CSP) les articles L.1151-2 et L.1151-3 permettant d’encadrer les actes à visée esthétique présentant des risques sérieux pour la santé des personnes et d’interdire les actes présentant des dangers graves ou une suspicion de dangers graves.

Depuis le confinement dernier, on a pu voir se développer des activité illicites organisées par des professions non autorisées.

Le Ministère de la santé rappelle que la pratique d’injection à visée esthétique par des esthéticiens et des non professionnels de santé est illégale et que la réalisation d’injection n’est pas dénuée de risque pour la santé.

Les professions non autorisées travaillent sans aucune assurance. Ces actes sans aucune expérience sont réalisés en totale inconscience des dangers et effets secondaires toujours possibles.

Les éventuels diplômes qui pourraient vous être présentés n’ont aucune valeur légale.