Corrections des erreurs

Antidote: La Hyaluronidase

Bien que l’acide hyaluronique soit le produit le plus sécurisant « Nul n’est à l’abri d’une erreur ».
Et des sur corrections ou des réactions œdémateuses sont possibles après une injection . Nous recevons de nombreuses personnes mal injectées , c’est à dire trop injectées en quantité et se présentant avec ce type de problème ; notamment au niveau des cernes , du nez ou des lèvres, zones  qui doivent  être injectées avec une technique parfaite.

La HYALURONIDASE est une enzyme ( hydrolyse) capable de dégradation des acides hyaluroniques en catalysant spécifiquement sa dépolymérisation. Elle agit en véritable antidote.

Peu de praticiens savent l’utiliser. Pourtant, tout praticien injectant de l’acide hyaluronique devrait en disposer et dominer la technique d’utilisation de cette hyaluronidase.

Le drame actuel c’est que nombre de personnes non médecins donc non habilitées à l’injection exercent en toute illégalité  avec même des publicités sur les réseaux sociaux et ce sont les suites de ces drames que nous recevons le plus à notre cabinet.

Les risques graves sont:

* Une injection trop volumineuse pourrait provoquer une pression sur un vaisseau sanguin ou un nerf et entraîner la souffrance de ce nerf.

* Une injection accidentelle dans un vaisseau sanguin va provoquer une obstruction de ce vaisseau avec une possibilité de nécrose de la peau  sur la zone normalement irriguée par ce vaisseau.

* Une injection dans l’artère oculaire qui est une branche de la carotide interne va provoquer un caillot dans ce vaisseau et les globes oculaires et les nerfs à l’extrémité de ce caillot vont cesser de fonctionner et entraîner une cécité de l’œil.

Seuls les professionnels médicaux sont légalement habilités à pratiquer des injections.

La hyaluronidase en cas d’injection intra vasculaire doit être faite au maximum avant 72 heures afin d’éviter une nécrose

En cas d’injection dans l’artère oculaire il s’agit alors de 90 minutes maximum pour sauver l’œil.

Le déroulement des séances pour corriger les excès d’injection dans les cas simples:

-Il faut pratiquer très précisément au niveau de la sur correction une injection superficielle ou plus profonde selon le lieu ou à mal été réalisée l’injection de l’acide  hyaluronique avec une dilution spécifique et très peu de produit. Il faut en général renouveler la séance 2 à 3 fois mais en fait autant de fois que nécessaire  jusqu’à l’obtention de la remise à niveau parfaite .

On observe une réduction très rapide de l’œdème et le l’aspect excessif ( le jour même et le lendemain) et cet effet se prolongera les 3 jours suivants. Peu de réaction secondaire après injection de cette hyaluronidase à part une rougeur et parfois une petite ecchymose, dans notre expérience.

La crainte ( fréquemment citée par les patientes ou patients) que la hyaluronidase puisse détruire son propre acide hyaluronique doit être écartée en respectant simplement  cette méthode d’utilisation. Le but à atteindre est simplement de réduire le surplus injecté. Une injection de cette hyaluronidase dans une zone n’ayant pas été infiltrée d’acide hyaluronique sera reconstruite de toute manière par l’organisme en une semaine.

Et si on observait un léger  excédent de dissolution, il faudrait simplement réinjecter par la suite un peu d’acide hyaluronique à ce niveau.

Mais, bien que dans nous n’ayons jamais observé  personnellement de réaction allergique, il est décrit qu’une réaction allergique véritable soit possible.

C’est pour cela qu’il est toujours préférable de pratiquer au préalable un test cutané à l’avant-bras et d’ attendre au minimum 2 jours avant  de commencer les injections de correction.

Enregistrer

Dernière info !

Par décision de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), datée du 9/02/2021,  l’importation, la mise sur le marché, la distribution, la publicité et l’utilisation des stylos injecteurs sans aiguille HYALUROPEN et HAYLURONPEN destiné au maintien des volumes du visage, dans un but anti-âge, était désormais interdite, au motif que tout dispositif destiné à introduire dans le corps humain des liquides ou substances (type acide hyaluronique) est un dispositif médical relevant de la classe IIb. Or ces stylos ne peuvent être mis sur le marché puisqu’ils n’ont pas reçu, au préalable, de certificat de conformité attestant de leur performance et de leur sécurité. Les sociétés qui les fabriquent sont donc tenues de retirer les stylos injecteurs en tous lieux où ils se trouvent.

Nous recevons en effet de trop nombreuses patientes pour des demandes de hyaluronidase faisant suite à l’utilisation des hyaluropen. Au delà des douleurs décrites  à l’utilisation de ces stylos, il y a des nombreuses ecchymoses et des œdèmes ainsi que surtout des irrégularités dues à des boules d’acide hyaluronique, ce stylo ne pouvant déposer l acide hyaluronique que dans le derme superficiel et ne pouvant évidemment pas atteindre les structures anatomiques plus profondes des lèvres ( muscle et muqueuse) où doit être placé harmonieusement cet acide hyaluronique par la seule technique possible d’une injection.

  • Correction de mauvaises injections d’acide hyaluronique au niveau du front*
  • Correction de très mauvaises injections d’acide hyaluronique au niveau  des cernes et du visage*
  • Correction et disparition d‘une hyper injection avec boules au niveau des lèvres*